CONSEIL MUNICIPAL DU 8 JANVIER 2010

Publié le par lemeldoisrevolte

Plan Marshall


Le conseil municipal a confirmé l’analyse des communistes sur le plan Marshall (Le Meldois Révolté n° 19). Beaucoup d’effets de manches et de communication pour pas grand chose, du moins pour le moment. 3,99 millions d’euros sont budgétés en 2010 sous l’étiquette " Plan Marshall " mais l’essentiel des dépenses (construction de la passerelle qui reliera le quartie Luxembourg à la gare et troisième et dernière tranche de la réfection du Faubourg Saint-Nicolas) relèvent de projet ancien (la passerelle) ou de travaux déjà engagés (Faubourg Saint-Nicolas).

Sans crainte du ridicule, les journaux La Marne, autre version du bulletin municipal de M. COPE, et l’édition locale du Parisien ont fait grand cas du doublement de l’aide au ravalement voté par le conseil municipal. Pensez donc, on passe de 30 000 à 60 000 euros ! A ce rythme là, il faut croire que le plan Marshall sera encore à l’ordre du jour du conseil municipal dans 15 ou 20 ans !

 


Fiscalité locale


Comme à l’accoutumée, J-F COPE a fait son numéro du gestionnaire " bon père de famille " en annonçant la stabilisation à 17 % du taux de la taxe d’habitation (TH) et en donnant comme exemple de saine gestion des deniers publics la ville de Meaux comparée à d’autres villes du département, classées à gauche cela va de soi (Chelles et Pontault-Combault en l’occurrence). Dans le journal La Marne (édition du 13 janvier 2010), soucieux de donner à M. COPE une tribune qui lui fait sans doute défaut, ce dernier part dans de grandes comparaisons statistiques avec ces deux villes pour tenter de démontrer que la ville de Meaux est championne en matière de fiscalité locale. S’il ne fait pas de doute que tout un chacun est attentif au montant des impôts qu’il doit payer, la TH n’en représentant pas la part essentielle, il n’en reste pas moins que la qualité de la vie dans une commune ne passe pas seulement à travers le prisme de la fiscalité locale (taxe d’habitation, taxe foncière sur les propriétés bâties et taxe d’enlèvement des ordures ménagères). Quels services et à quels coûts ? Quelle possibilité de se loger à un prix raisonnable, que ce soit en location ou en accession à vla prorpiété ? Quelle qualité de la vie ?…. sont autant de questions dont les réponses déterminent en définitive le choix que peuvent faire les uns ou les autres de s’installer dans une commune ou… de la quitter pour s’expatrier vers une autre.

 


De ce point de vue, les comparaisons faites par M. COPE pésent de peu de poids. M. COPE est maire d’une ville en déclin démographique et vieillissante (voir par ailleurs l’article à ce sujet). Ses comparaisons avec des villes en forte expansion démographique comme Chelles et Pontault-Combault manquent donc de pertinence. D’une part, parce que cela témoigne de fait d’une attractivité plus forte de ses deux villes. D’autre part, parce que qui dit expansion démographique dit nécessité de répondre à des besoins nouveaux en terme de d’infrastructures, de services… pour les populations, en général jeunes, qui s’installent et donc besoin de financement, la fiscalité locale étant un des leviers du financement.

 


Le caractère politicien des propos de M. COPE est, par ailleurs, flagrant si on élargit la comparaison à d’autres villes du département comme Mitry-Mory, ville dirigée par le parti communiste, ou Melun de la même couleur politique que M. COPE. Mitry-Mory fait largement concurrence à Meaux en matière de taux de fiscalité locale et ce dans un contexte de croissance démographique. A Melun, également en expansion démographique, le taux de la taxe d’habitation a augmenté de près de 2 points en 6 ans soit bien plus en proportion qu’à Chelles ou Pontaul-Combault.

 


 

TH 2002

(taux)

 

 

TH 2008

(taux)

 

 

TFPB 2002

(taux)

 

 

TFPB 2008

(taux)

 

 

Population 1999

 

 

Population 2007

 

 

Chelles

 

 

18,50 %

 

 

19,90 %

 

 

22,50 %

 

 

24,35 %

 

 

45 711

 

 

51 528

 

 

Pontault-Combault

 

 

23,93 %

 

 

24,65 %

 

 

25,25 %

 

 

26,01 %

 

 

33 019

 

 

35 013

 

 

Mitry-Mory

 

 

17,18 %

 

 

17,90 %

 

 

21,97 %

 

 

22,63 %

 

 

16 947

 

 

18 486

 

 

Melun

 

 

17,97 %

 

 

19,86 %

 

 

24,15 %

 

 

24,15 %

 

 

36 998

 

 

38 851

 

 

Meaux

 

 

20 %

 

 

17 %

 

 

22,57 %

 

 

23,57 %

 

 

50 913

 

 

50 244

 

 

 

TH : taxe d’habitation

TFPB : taxe foncière sur les propriétés bâties

Publié dans ACTUALITES LOCALES

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article