Nouvelle hausse du Navigo : Pécresse nous prend pour des gogos !

Publié le par la section PCF Meaux Dammartin Lizy

Nouvelle hausse du Navigo : Pécresse nous prend pour des gogos !
Nouvelle hausse du Navigo : Pécresse nous prend pour des gogos !

Mardi 7 mars, le Syndicat des Transports d’Île-de-France (Stif) présidé par Valérie Pécresse organisait une table-ronde sur le financement des transports, et notamment sur le tarif du passe Navigo. Comme on pouvait s’y attendre, une forte augmentation du tarif a été défendue.

Valérie Pécresse s’était pourtant engagée durant la campagne électorale à maintenir le tarif à 70 euros mensuels pour ne pas jouer avec le pouvoir d’achat des Francilien-ne-s. Première
 promesse non tenue avec une hausse de 3 euros en août 2016. En signant un accord avec Manuel Valls, premier ministre alors, elle expliquait avoir ainsi financé de manière pérenne le Navigo précisant que l’augmentation serait limitée à ces 3 euros qui serviraient à améliorer la qualité du service. Deuxième promesse en passe de ne pas être tenue !

Fabien Guillaud-Bataille, conseiller régional et élu au conseil d’administration du STIF, précise : « Les élu-e-s Front de gauche se sont opposés à une première hausse et ont alerté sur celles qui pourraient suivre tant Valérie Pécresse préparait en ce sens les esprits. Une nouvelle augmentation serait une véritable attaque contre le pouvoir d’achat des Francilien-ne-s ; ce alors que la « révolution des transports » annoncée par Pécresse reste à l’état de slogan. D’autres financements existent : une augmentation du versement transport payé par les entreprises dans les zones les plus riches et une baisse de la TVA transport à 5,5% permettraient de dégager 500 millions d’euros par an. Investir massivement dans les transports sans augmenter le prix pour les usagers est donc
possible ! »

Céline Malaisé, présidente du groupe Front de gauche, poursuit : « Lors des récents votes du budget du Stif et de celui de la Région, cette hausse prévue n’a pas été formellement évoquée par Valérie Pécresse. Alors que la qualité de l’offre ne s’améliore pas, que la révolution des transports n’est que fantôme et que la qualité de l’air nécessite un soutien fort aux transports publics, Valérie Pécresse semble vouloir écrire le pire scénario pour des millions d’usagers. Ira-t-elle jusqu'à leur faire payer le passe Navigo 85 euros par mois ? »

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article